header_champ_politique


La commission Justice de la Chambre a récemment voté une proposition de loi, déposée par la N-VA, destinée à donner un statut aux familles d'accueil, rebaptisées pour la cause « parents nourriciers ». Il s'agit là d'un double déni de compétences : celles de la Communauté française, en charge de l'accueil familial, et celles des familles d'origine, dont l'autorité parentale est attaquée de front.


Le 21 avril 216, la CNE tenait son assemblée du non-marchand à Charleroi. Les organisateurs ont sollicité une analyse des changements qui traversent la société et que les luttes sociales doivent affronter.

Jean Blairon aborde la question du changement par une réflexion sur le sens et la place de celui-ci dans la société. En effet, le changement a changé de camp, de forme, de statut, pour devenir un support de domination en s'imposant comme inévitable.


Le ministre Willy Borsus a annoncé le 4 avril le dépôt de son avant-projet de loi concernant le droit à l'intégration sociale pour les bénéficiaires des CPAS. Le PIIS (Projet individualisé d'intégration sociale) sera désormais d'application pour tous les usagers des CPAS à partir du 1er septembre 2016. Il s'agit d'un « contrat » impliquant pour l'usager une série d'obligations qui s'ajoutent aux conditions de base de l'octroi du revenu d'intégration sociale.


Nous avons eu l'occasion de publier deux analyses qui portaient sur le rôle joué par les positions sociales dans le traitement asymétrique des citoyens.

Dans la première, nous avions essayé de montrer que l'emprise de l'Etat sur les citoyens était devenue très asymétrique selon la position sociale occupée : les uns, « en haut », voient l'Etat les « libérer » et tenter de les séduire, par exemple, tandis que les autres, en bas, voient l'Etat les contraindre et les soumettre à des violations.

Dans la seconde, nous avons essayé de démontrer que l'emprise des citoyens sur l'Etat, cette fois, était soumise à des asymétries semblables : extrême dans certains cas, nulle dans d’autres.

L'actualité constituée par le projet de réforme des pensions porté par le gouvernement fédéral nous conduit à proposer une troisième démonstration en matière d'asymétrie liée aux positions sociales ; celle-ci concerne l'assurance et la solidarité auxquelles l'appartenance à une commune société permet de donner accès. La Réforme, en effet, favorisera clairement ceux qui, « en haut », bénéficient d'une situation « garantie » en termes d'emploi par exemple, au détriment direct de ceux qui, « en bas », doivent affronter des processus de désaffiliation.


Après les deux journées de grève des 6 et 7 janvier, qui ont fait couler beaucoup d'encre, la SNCB est toujours face aux mêmes incertitudes quant à l'avenir. Avenir qui ne semble devoir advenir, selon la ministre de tutelle, que par sa « modernisation ».


Le Festival des Libertés 2015 a mis à son programme un débat sur « les conditions du débat », animé par Paola Hidalgo.

La question s'est posée à l'association Bruxelles laïque sur fond d'événements tragiques, dont l'attentat contre la revue Charlie Hebdo ; elle réaffirme pour autant que c'est la confrontation des idées et des convictions qui permet l'évolution des mentalités et des opinions, même si l'actualité nous prouve que cette confrontation ne va plus de soi.


Le Ministre Rachid Madrane vient de déposer un avant-projet de décret réformant la manière dont une aide spécialisée à la jeunesse peut lui être garantie en tant que droit.
Compte tenu de la Réforme de l'Etat et notamment de la nouvelle compétence de la Communauté française à l'égard des jeunes ayant commis un fait qualifié d'infraction avant l'âge de 18 ans, qui est intégrée à l'avant-projet de décret, on parle désormais d'un « code », composé de « livres », dont le livre IV : « Les mesures de garde et d'éducation des jeunes poursuivis du chef d'un fait qualifié d'infraction commis avant l'âge de dis-huit ans ».


Des no-selfies? ont été réalisés au départ d'interviews menées à RTA par Sophie Ceusters, Bernard Detré et Jean-Pol Cavillot. Seuls des extraits les plus significatifs de ces interviews ont été sélectionnés pour le montage. Mais les analyses de leur situation réalisées par les personnes elles-mêmes dans ces entretiens étaient tellement riches et consistantes que nous n'avons pas pu ne pas les prolonger en tentant d'en rendre raison à plusieurs niveaux (ceux des pratiques, des politiques, du modèle de société), dans une série de Chroniques de l'Etat « social » « actif ».

Dans un troisième temps, nous voudrions placer notre réflexion au niveau du modèle de société lui-même que ce type d'Etat « social » contribue à faire exister.


L'Association Interrégionale de Guidance et de Santé (AIGS) a tenu son université d'été 2015 du 25 au 28 août. Le thème des travaux était cette année : « Entre « physis » et « nomos ». Pour vivre ensemble ? Nouvelles valeurs ? Nouvelles pratiques ? »
Le Directeur adjoint de l'association, Luc Vandormael, avait invité Jean Blairon à réfléchir aux relations qui peuvent unir les luttes sociales et les luttes culturelles. La présente analyse constitue la retranscription de son intervention.


Le 1er juillet 2015, la CSC Luxembourg a organisé pour ses permanents interprofessionnels un séminaire sur cette question des collaborations associations/syndicats. Le séminaire était présidé par Bruno Antoine, Secrétaire fédéral de la CSC Luxembourg et animé par Benoît Brabant de la FEC.


La députée fédérale N-V.A. Sarah Smeyers a déposé le 22 avril 2015 une proposition de résolution concernant l'introduction d'un dossier social électronique (DSE) dans les C.P.A.S.
L'enjeu du texte est de permettre un « transfert de données structurel et automatique digne de ce nom entre les différents CPAS appelés à prendre une décision à propos d'une même personne ».


Au départ de deux cartes blanches parues dans La Libre, Christine Mahy et Jean Blairon questionnent le projet de fusion entre les services des CPAS et les communes. La première carte blanche critique les inconvénients d'une fusion totale, la seconde ceux d'une fusion partielle.


« Fournir des clés de compréhension de notre système politique et de sa dynamique évolutive », telle était la demande adressée à Jean Blairon par le Centre de Formation Educationnelle Liégeois (CFEL), de la Haute Ecole Libre Mosane, qui organisait une « après-midi d'information et d'animation politique » le 21 avril 2015. Il s'agissait d'une co-organisation étudiants-formateurs, en réponse à une interrogation mainte fois exprimée dans l'institution : « la politique, c'est peut-être important, mais comment puis-je m'y retrouver ? ». L'institution a choisi d'organiser conjointement des séminaires thématiques et des conférences visant à fournir un cadre de réflexion pour répondre à cette préoccupation.


Le 19 mars, le CEPAG et la FGTB organisaient à Dison une conférence-débat sur un thème particulièrement délicat : « Démocratie en crise - crise de la démocratie », dans le cadre de son 7è festival de résistance. Les partenaires présentaient ainsi la thématique : « Le désinvestissement à la participation démocratique d’un nombre important de citoyens nous amène à poser la question du « comment en est-on arrivé là » ? Le désintérêt de la chose publique, la chute de la participation aux élections, la désillusion du principe démocratique, le retrait face au militantisme, le déni des représentants politiques, ... Tant d’indicateurs qui signalent un retrait important de la participation à la démocratie. La citoyenneté moderne serait-elle synonyme de dé-responsabilité ? » Pour répondre à ces questions, trois invités : Paul Hermant - Acteurs des Temps Présents, Joanne Clotuche - Tout Autre Chose, et Jean Blairon - Directeur de RTA Namur.


La grève générale du 15 décembre 2014 fut le point d'orgue d'une année qui a vu se multiplier les initiatives de mobilisation contre les politiques d'austérité. Ces initiatives ont convergé vers la pérennisation de « plates-formes » réunissant des acteurs très diversifiés, et s'unissant aux syndicats dans une lutte commune.


Les assassinats perpétrés contre la rédaction de Charlie-Hebdo doivent être condamnés sans équivoque, la violence ne pouvant se substituer au débat d'idées. Les réactions innombrables condamnant cet acte terroriste ne peuvent qu'être partagées.

Il s'agit en effet de défendre les libertés que nous avons mis des siècles à conquérir.

Mais nous avons assisté dans ce contexte à l'adoption en chaîne d'un « slogan » par une série de personnes ou d'institutions affirmant « être Charlie ». Certains ont franchi un pas de plus en croyant pouvoir s'exprimer au nom de tous : « Nous sommes tous Charlie », a-t-on pu lire ou entendre.


A l'occasion de ses 10 ans, la Coordination de l'Action Sociale de Schaerbeek (CASS) organisait, le 5 décembre 2014, un colloque dont le thème était « Construire ensemble l'action sociale dans un monde en crise ».


En écho à une interview de Nico Cué sur Martin Première, nous disions combien nous partagions son point de vue sur la nécessité de construire un front social élargi, sur base d'une alliance entre syndicats et associations.


Le terme « Roms », qui désigne des populations variées disséminées sur le territoire européen, est une catégorisation relativement récente, liée à la politique européenne. Elle a notamment pour effet de donner à ces populations une visibilité accrue, notamment médiatique, qui n'échappe pas aux stéréotypes hérités du passé. Derrière cette catégorisation, et la colorant de manière quasi indélébile, il y a la stigmatisation.

 

Le lundi 10 mars, à l'appel de la FGTB, rejointe par d'autres partenaires en Wallonie, et en front commun à Bruxelles, 15.000 personnes manifestaient dans 17 villes du pays pour protester contre un drame social on ne peut plus prévisible. Après nombre de chômeurs complets indemnisés qui ont déjà commencé à être frappés par la dégressivité de leurs allocations, c'est au tour des personnes qui bénéficient des allocations d'insertion, soit celles qui n'ont pas eu l'opportunité de travailler suffisamment pour avoir droit aux chômage complet, d'être touchées : le 1er janvier 2015, en effet, les mesures décidées par le gouvernement fédéral en 2011 seront d'application. La limitation dans le temps des allocations d'insertion est fixée à trois ans, et le compte à rebours a commencé le 1er janvier 2012. Début 2015, ce sont 50.000 personnes qui seront privées d'allocations, dont une majorité en Wallonie. C'est pour réclamer le retrait de cette mesure inique que les manifestants se sont mobilisés.

Un article d'Alter Echo s'est récemment inquièté de ce que son auteur identifie comme une mise en cause de la participation des familles pauvres à la lutte contre la pauvreté. Le droit d'association et de participation citoyenne des plus pauvres serait de plus en plus menacé. Un des événements qui est mis en avant par ceux qui redoutent un recul de la participation est la décision du Gouvernement wallon d'instituer un Réseau de lutte contre la pauvreté comme interlocuteur, parmi d'autres, des représentants de la population.


Le différend
est un livre écrit en 1983 par Jean-François Lyotard. Livre complexe, dense, qui pénètre dans les ambiguïtés du langage. Et plus encore. En effet, Lyotard démontre avec brio que le langage est le maître du jugement judiciaire. Dans le règlement d'un conflit entre deux parties devant un tribunal, les deux parties ne seront pas sur pied d'égalité si l'une d'elles évolue dans un rapport à la loi sociétalement plus légitime que l'autre. Cela ne signifie pas que sa cause est illégitime. Cela signifie qu'elle ne parviendra pas à la faire valoir, à la plaider, parce que son langage ne sera pas au diapason du langage dominant. Elle ne trouvera pas les mots, ou si elle les trouve, ils seront considérés comme inaudibles, ou le tribunal se déclarera incompétent. C'est ce que Lyotard appelle un différend : un cas de conflit entre deux parties qui ne pourrait être tranché équitablement faute d'une règle de jugement applicable aux deux argumentations.

L'analyse institutionnelle a mis en lumière le fonctionnement de la transversalité négative, soit de la tendance des institutions à remplir des missions officieuses au-delà de leurs missions officielles. Cette transversalité est négative dans la mesure où elle contribue à produire, sans l'avouer ni se l'avouer, des attitudes de soumission à la domination (ainsi, l'école d'autrefois préparait à la logique des casernes par son apprentissage de la discipline). Nous constatons aujourd'hui qu'une nouvelle transversalité négative a remplacé la première, produisant quant à elle la soumission au mouvement ; nous y avons consacré plusieurs analyses.

Nous avons dans nos analyses évoqué plus d'une fois le rapport entre Etat et associations, notamment autour de la Charte associative, qui le balise positivement comme un rapport réciproque de complémentarité. La question de la confiance y est plus qu'un filigrane. En 2011, la région wallonne a adopté une circulaire établissant que le contrôle des subventions aux associations doit s'exercer au départ d'un principe de confiance. La Cour des Comptes, organe qui contrôle le contrôle, estime que ce principe n'est pas assez clairement étayé pour être pertinent.


La théorie des « droits culturels » produite par le « groupe de Fribourg » est une de ces créatures. Elle est très présente en Fédération Wallonie-Bruxelles ; par exemple, lors de la troisième journée de l'éducation permanente, le 18 novembre 2013, Patrice Meyer-Bisch, qui anime le groupe de Fribourg, a-t-il fait un exposé sur le thème.

Partager