header_champ_socio_economique


Cette analyse a été réalisée à la demande de la Ligue bruxelloise francophone de santé mentale, pour sa revue Mental’Idées dont le n° 25 était intitulé « Obsolescence programmée – Souffrance au travail ».


Il est question de transversalité des actions dans cette analyse, fruit d'une intervention de Jean Blairon lors d'une journée de réflexion organisée par l'ASAH (Association des services d'accompagnement et d'actions en milieu ouvert pour personnes handicapées). Il s'agissait de réunir les travailleurs des services membres pour mettre en débat les orientations générales que l'Association entend poursuivre.


C'est à l'occasion d'une journée mondiale de l'habitat, le 06/10/2014, que le Rassemblement Wallon pour le Droit à l'Habitat (RWDH) est né. Il s'est constitué à l'instigation du Réseau Wallon de Lutte contre la Pauvreté et rassemble des citoyens, des associations, des fédérations, qui se préoccupent de la question du logement, que ce soit directement sur le terrain auprès des populations ou en seconde ligne, en appui. Chacune de ces composantes, petite ou plus importante, agit de sa place et avec ses moyens, enjeux et missions, pour un logement pour tous.

Le 26 février 2016, après quelques mois bien remplis, le Rassemblement organisait avec ses membres un séminaire pour explorer son identité collective.


Le 18 mars 2016, Matin Première recevait Gaspard Koenig, fondateur d'un think tank libéral français, « GénérationLibre ». Sur son site Internet, le think tank annonce la couleur : « GenerationLibre s’inscrit dans la tradition du « jacobinisme libéral », pour qui l’Etat doit avant tout émanciper l’individu de ses tutelles. A l’heure de la révolution numérique, nous devons préparer un monde ouvert où l’autonomie individuelle et les coopérations spontanées remplaceront les structures centralisées. ».


PAC a choisi de consacrer un numéro de son trimestriel Agir par la culture à la victoire du chiffre en posant cette question : « Notes à l'école, normes au travail, algorithmes, quantified self, indicateurs économiques... Le quantitatif a-t-il gagné ? ».


La Commission européenne a condamné le gouvernement fédéral belge pour des pratiques fiscales illégales favorisant les multinationales ; il s'agit du « ruling », soit un accord préalable pris avec ces firmes et leur permettant une déduction fiscale (très) importante sur des bénéfices qui auraient pu/dû être taxés à l'étranger. En vérité, ces bénéfices ne sont la plupart du temps taxés nulle part. La Commission réclame le remboursement à la Belgique, par les quelque 35 entreprises concernées, de ces sommes indues, soit environ 700 millions d'euros... dont le Ministre des finances Johan Van Overtveldt ne veut pas, arguant que cela ferait fuir lesdites entreprises.


L'affaire des 700 millions d'euros d'impôts impayés que la Commission européenne veut faire restituer à la Belgique par les multinationales qui en ont illégalement bénéficié est un scandale de plus qui s'ajoute à une déjà longue litanie. Pour autant, cela ne semble enrayer en rien les politiques qui font toujours un peu plus de la même chose. Comment comprendre cette opiniâtreté, sauf à penser, comme Alain Touraine, que nos sociétés sont confrontées à l'émergence de pouvoirs totaux, dont celui du capitalisme financier ?


La Ligue des Droits de l'Homme a organisé du 09 au 11 octobre 2015 un cycle d'activités consacré à la thématique du respect de la vie privée « Tout le monde tout nu ». Cette analyse constitue la retranscription de l'exposé de Jean Blairon le 9 octobre.


Des no-selfies? ont été réalisés au départ d'interviews menées à RTA par Sophie Ceusters, Bernard Detré et Jean-Pol Cavillot. Seuls des extraits les plus significatifs de ces interviews ont été sélectionnés pour le montage. Mais les analyses de leur situation réalisées par les personnes elles-mêmes dans ces entretiens étaient tellement riches et consistantes que nous n'avons pas pu ne pas les prolonger en tentant d'en rendre raison à plusieurs niveaux (ceux des pratiques, des politiques, du modèle de société), dans une série de Chroniques de l'Etat « social » « actif ».

Dans cette seconde analyse, nous nous sommes portés au niveau des politiques, en partant du concept de désaffiliation que l'on droit à Robert Castel.

« France is in the air » (du capitalisme total) (Actualité de Pierre Bourdieu)

Les événements qui ont eu lieu à Air France le 5 octobre ont été abondamment relayés par les médias : les images des dirigeants malmenés par des syndicalistes et s'enfuyant, la chemise en lambeaux, sont connues de tous. Le lendemain, le Président François Hollande a tenu des propos pour le moins curieux à propos de ces faits, qu'il estime ternir l'image et l'attractivité de la France dans le domaine économique. On ne peut mieux illustrer la pénétration des argumentaires du capitalisme débridé jusque dans les sphères de la gauche. Ce que Bourdieu dénonçait déjà il y a quelque quinze ans...


Le 25 mars 2015, l'Agence Immobilère Sociale (AIS) Nord Luxembourg fêtait ses dix ans d'existence. Elle a organisé pour l'occasion une Conférence-Débat sur le thème « Les AIS : solution de logement à prix abordable pour les plus démunis ».


Le 3 mars 2015, la CNE organisait à Namur une journée consacrée à l'évolution des métiers dans le secteur de l'aide sociale. Jean Blairon était invité à intervenir, à la suite de la présentation d'une enquête menée par la CNE auprès de délégués syndicaux des secteurs de l'AWIPH, de l'aide à la jeunesse et de l'aide aux adultes en difficultés; il lui était demandé d'apporter un point de vue sur les évolutions du travail social.


Nous avons à plus d'une reprise emprunté à la sociologie de l'acteur-réseau les termes de «créatures de laboratoire» pour évoquer les concepts divers, qui, au-delà de la sphère dans laquelle ils ont été créés, induisent des usages sociaux qui peuvent dans certaines circonstances être peu opportuns; notamment lorsqu'ils font l'objet d'une propagation bien relayée dans la société, et qu'ils touchent des populations socialement peu favorisées.


Le 9 décembre, alors que les actions syndicales et associatives se multipliaient pour combattre les choix politiques du gouvernement fédéral, Bernard Delvaux, patron de la Sonaca, présentait au micro de Matin Première sa vision de ce qui devrait inévitablement faire consensus pour combattre la crise.
Jean Blairon relève une série d'affirmations du patron de la Sonaca qui se présentent comme des évidences indiscutables mais qui constituent tout de même des pétitions de principe au service de l'idée qu'au fond, tout le monde est dans le même bateau et qu'il faut en passer par d'inévitables réformes.


Et si cela n'arrivait pas qu'aux autres ? Depuis 2010, nous avons régulièrement entendu parler de la Grèce et de la terrible politique d'austérité exigée par la Troïka (FMI, BCE et CE). Cette situation catastrophique a fait l'objet d'analyses sur le plan économique ; nous souhaitons ici envisager le volet plus social, et spécialement associatif, avec le point de vue d'une travailleuse sociale, Maria Apostolou, qui a été active pendant près de 30 ans dans le domaine du handicap notamment, dans un service d'accompagnement.


Des intervenants sociaux et acteurs de terrain travaillant avec des populations Roms à Bruxelles, à des degrés divers et avec des missions variées, se sont rassemblés le 2 octobre 2014, à l'invitation de l'asbl « Lutte contre l'exclusion sociale à Molenbeek », pour réfléchir à diverses expériences et analyses de terrain.


Le 10 septembre 2014, à l'occasion de la journée mondiale de prévention du suicide, le Centre de Prévention du Suicide organisait un colloque fort explicitement intitulé « Le travail m'a tuer » ; comme dans la célèbre affaire Omar Raddad et avec la même faute grammaticale, la phrase, en lettre de sang sur le mur d'un bureau, accuse le labeur meurtrier.

Malgré des plaidoyers répétés en ce sens, la gratuité de l'enseignement obligatoire reste un mythe. Dans nombre d'écoles, les coûts s'additionnent, jetant des familles dans des difficultés financières d'autant plus difficiles à assumer qu'elles ne sont pas sans effets culturels et sociaux importants.


Le Relais Social Urbain de Tournai a mené une enquête auprès de travailleurs sociaux tournaisiens et de bénéficiaires d'un abri de nuit et d'un accueil de jour, tous deux fermés après le plan grand froid 2013-2014. L'objectif était d'éclairer la réflexion du réseau de services sociaux autour de l'éventuelle pérennisation de ce type de service : est-elle pertinente, sous quelle forme, à quel moment et avec quelles priorités, avec quelles synergies ? RTA a été sollicité pour traiter cette enquête et accompagner le processus réflexif.


Après une société (industrielle) d'exploitation des travailleurs et une société (post-industrielle) d'aliénation, séductrice et manipulatrice, connaissons-nous aujourd'hui une société (hyper-industrielle) de la désubjectivation, qui combinerait de manière indissociable exploitation et aliénation ?

On en constate en tout cas le poids dans le monde du travail, où l'exploitation accrue passe par une mobilisation plus contrainte des ressources subjectives (l'adhésion, l'engagement, la mobilisation, valeurs brandies par les managers qui ne les respectent pas eux-mêmes), et par une désubjectivation des individus et surtout des groupes, afin d'assurer une auto-exploitation.


Le 22 avril 2014, la CSC Namur-Dinant organisait pour ses permanents et son personnel administratif une rencontre sur le thème des préjugés subis par les demandeurs d'emploi. Jean Blairon y a été invité à intervenir. Cette analyse est la retranscription de son intervention.

La tendance à dissocier de plus en plus, au nom de la rationnalité, l'action culturelle et l'insertion sociale, a conduit à bien des divorces dans des « couples » autrefois féconds : divorce entre éducation permanente et politiques d'intégration et d'insertion (au sens de Castel), divorce entre insertion et intégration, également. C'est pourquoi la demande adressée par PAC à Jean Blairon d'étudier les complémentarités entre action culturelle et insertion sociale au travers du travail des écrivains publics s'inscrit-elle à contre-courant.

PAC gère, depuis la fin des années 90, une formation « écrivains publics », dont l'évaluation a été confiée à RTA. Cette analyse synthétise les lignes de force de cette évaluation. Des services utilisateurs du travail des écrivains publics et des écrivains publics eux-mêmes ont été interrogés à cette occasion.

Le Réseau Wallon de Lutte contre la Pauvreté (RWLP) a organisé en juin 2013 une rencontre avec l'asbl flamande « De link » qui dispense une formation de quatre ans permettant à des personnes qui ont vécu la grande pauvreté de devenir « expert du vécu » et d'être engagées professionnellement dans des administrations ou des associations pour y exercer des fonctions relatives au contact avec les populations très précarisées.
Le terme « expert du vécu », qui fait l'impasse sur la question « le vécu de quoi ? », nous semble déjà révélateur d'un « flottement » à propos de la pertinence de ce « métier », puisque ce qui fonde l'expertise n'est nommé qu'elliptiquement, par une sorte d'euphémisation très répandue dans la société.

Le CBAI consacre son agenda interculturel d'octobre 2013 aux « hypocrisies langagières », se posant la question suivante : « Politiquement correct et société multiculturelle : quels rapports ? ».
Nous avons été sollicités à propos de la « correction politique » de la question de la cohésion sociale.

Partager