header_champ_politique


Un « point Godwin » est « attribué » à un débatteur lorsque, considéré comme à court d'arguments, il discrédite une idée en la référant au national-socialisme ou au nazisme. Certes, la référence au national-socialisme a pu être activée abusivement. Mais il ne faudrait pas, à l'inverse, en arriver à un retournement du type « plus un argument fait référence au national-socialisme, moins il est pertinent ».

Force est de constater que les propos du Secrétaire d'Etat Théo Francken, si on les aborde dans leur ensemble et non séparément, mobilisent plus que fréquemment un élément de la doctrine totalitaire. Pour le démontrer, Philippe Mahoux et Jean Blairon se basent sur l'important travail historique et politique opéré par le sociologue Jean-Pierre Le Goff dans son ouvrage La démocratie post-totalitaire, pour relever les éléments du discours de Théo Francken qui, selon cette analyse, relèvent stricto sensu, d'un régime de type totalitaire. Et surtout, pour pointer ce dont ces propos sont le révélateur.

 *Pour un meilleur accès : lire ou imprimer à partir du lecteur 'Adobe' plutôt que de votre 'navigateur'
Adobe Reader est un programme gratuit téléchargeable à l'adresse suivante: http://get.adobe.com/fr/reader/

Partager