header_champ_politique


La commission Justice de la Chambre a récemment voté une proposition de loi, déposée par la N-VA, destinée à donner un statut aux familles d'accueil, rebaptisées pour la cause « parents nourriciers ». Il s'agit là d'un double déni de compétences : celles de la Communauté française, en charge de l'accueil familial, et celles des familles d'origine, dont l'autorité parentale est attaquée de front.

Des opposants se sont manifestés, notamment le RWLP et le SDJ. Jean Blairon et Jacqueline Fastrès proposent ici une analyse institutionnelle de la problématique, ce qui implique de « lire le local (ici les relations entre les protagonistes d'un accueil familial) à partir du global (les relations constitutives d'une société)», selon l'expression de Félix Guattari ; ils mettent en avant le sens d'une parentalité partagée et les conditions nécessaires pour la faire fonctionner, conditions que la proposition de loi contrecarre. Mais au-delà, c'est la prérogative de l'Etat comme agent de l'intérêt général et du désintéressement qui est mise en cause.

 *Pour un meilleur accès : lire ou imprimer à partir du lecteur 'Adobe' plutôt que de votre 'navigateur'
Adobe Reader est un programme gratuit téléchargeable à l'adresse suivante: http://get.adobe.com/fr/reader/

Partager