header_champ_politique


« Crever l’écran des mots communs », comme le recommandait Bourdieu, Emile Servais y excellait, lui qui ne supportait pas les « mots bateau » et qui savait dérouter le regard et bousculer les points de vue. Dans une une analyse inédite sur le thème du populisme, dont nous débattions avec lui et à laquelle il mettait la dernière main (elle est publiée en l'état), Emile s’attaque au terme « populisme ».

Il fait l’hypothèse que le populisme n’implique pas, ipso facto, rejet et appréciation négative, mais qu’il est aussi l’expression d’un déficit démocratique et appelle à déployer une conflictualité paradoxale plus diffuse et plus instable que par le passé.

 *Pour un meilleur accès : lire ou imprimer à partir du lecteur 'Adobe' plutôt que de votre 'navigateur'
Adobe Reader est un programme gratuit téléchargeable à l'adresse suivante: http://get.adobe.com/fr/reader/

Partager