header_champ_politique


Après bien d'autres séismes sociaux, la fermeture de Caterpillar à Gosselies nous rappelle à quel point les « politiques d'emploi » héritées de la sixième réforme de l'Etat vont de défaite en défaite. Prenant appui sur le travail de synthèse critique que J.-L. Fabiani a consacré à l’œuvre de Pierre Bourdieu, Jean Blairon déconstruit les faux-semblants de la théorie de « l'Etat social actif ».

On sait que Bourdieu a montré l'importance, dans les trajectoires individuelles, de la présence ou non de certains capitaux. L'Etat social actif dénie l'importance du capital social (soit la capacité à s'appuyer fermement sur toutes sortes de réseaux) tout en imposant à ceux qui n'en sont pas pourvus de « se bouger ». Mais pour se construire un capital social, il faut aussi disposer d'un capital symbolique, véritable « accélérateur d'accumulation ». Pour les plus fragiles, l'Etat social actif contribue au contraire à les confiner dans un capital symbolique négatif.

 *Pour un meilleur accès : lire ou imprimer à partir du lecteur 'Adobe' plutôt que de votre 'navigateur'
Adobe Reader est un programme gratuit téléchargeable à l'adresse suivante: http://get.adobe.com/fr/reader/

Partager