header_champ_socio_economique

En février 2012, nous avions publié « En haut et en bas » - Emprise de l'Etat et positions sociales. Dans cette analyse nous dénoncions notamment, à propos de la campagne "hiver 2012" de la RTBF, "l'appauvrissement du sens de ce qu'est l'appauvrisement". Nous mettions en lumière un traitement diamétralement opposé des personnes selon leur position sociale : pour les pauvres, individualisation des responsabilités et des épreuves (il faut prouver qu'on "mérite" son aide sociale), et désindividualisation des droits (en couple, on voit son chômage fondre). Pour les riches, désindividualisation des responsabilités et des actions (anonymat protecteur) et protection individuelle des profits (mécanismes qui permettent d'éluder l'impôt). Nous avons souligné le rôle de l'Etat dans cette situation.

Nous souhaitons relayer ici un texte de Christine Mahy, secrétaire générale du RWLP (Réseau wallon de lutte contre la pauvreté), texte qu'elle a proposé comme "carte blanche" à plusieurs quotidiens... en vain. Elle y illustre magistralement la conséquence de "l'appauvrissement du sens de ce qu'est l'appauvrissement" : le masquage - et l'acceptation "résignée" - d'un enrichissement assisté. Assisté par l'appauvrissement programmé. Elle en appelle à solidariser les intelligences pour faire démocratie, c'est-à-dire repolitiser.

Partager