header_champ_socio_economique

La question qui est posée par le Comité subrégional de l’emploi et de la formation de Namur opère un lien entre une pénurie de main-d’oeuvre dans le secteur de la construction (qui lui semble étonnante au vu des investissements consentis en matière de formation dans le secteur de l’insertion socioprofessionnelle) et les « abandons » constatés (ou supposés) dans le cadre de programmes organisés dans le contexte du Dispositif Intégré d’Insertion socio-professionnelle.

Partager