header_champ_socio_economique

linhart_perte_emploi_perte_soiLe livre « Perte d’emploi, perte de soi » (Toulouse, Erès, 2009) est issu d’une enquête réalisée par un collectif de sociologues auprès d’un peu moins d’une centaine de travailleurs choisis parmi plusieurs milliers de victimes d’une fermeture définitive d’une entreprise française du secteur automobile, l’usine Chausson à Creil (située à une soixantaine de kilomètres au Nord de Paris), trois ans après les faits. Les faits sont chiffrés comme suit : un premier plan social de 1.104 licenciements sur 2.549 postes et un deuxième de 435, puis finalement la fermeture avec sa « remise à zéro ». Quels sont les effets de cette fermeture, même assortie d'un « bon » plan social, pour chacun des ex-travailleurs, pour les collectifs ouvriers, pour la région et finalement pour la société entière ? C'est le point de départ de cette enquête surprenante.

« Cet ouvrage se lit comme un roman, apporte des éléments concrets pour comprendre les transformations objectives et subjectives du monde du travail dominé aujourd'hui par les politiques managériales modernisatrices qui, si elles misent sur l'individualisation à outrance et la mobilisation de la subjectivité des salariés, privilégient les critères économiques et financiers en les déconnectant des incidences humaines. » (extrait de la quatrième de couverture).

Nous avons rencontré pour vous Danièle Linhart. Vous pouvez lire dans le document ci-joint la transcription de cet entretien autour de « Perte d'emploi, perte de soi ».

Partager