header_champ_culturel

Pour ce second numéro de la revue Avis à la population éditée par le CCR de Namur, la thématique choisie était la précocité éventuelle d’un contact avec l’art. Choisissant un « regard oblique », nous avons relu les expériences proposées dans ce numéro d’un point de vue éducatif. Le fossé semble infranchissable entre les enfants qui sont précocement façonnés aux choses de l’art par leur milieu familial et les autres, qui ne sont même pas conscient du fait qu’ils passent à côté de quelque chose. Cependant, tant une attitude normative (l’initiation forcée, par l’école par exemple, et creusant l’écart entre l’enfant et son milieu) qu’une attitude non normative (qui peut mener à de grave erreurs de jugement) présentent des risques, de même que l’optimum éducatif qui conduit à sur-stimuler l’enfant au nom de son épanouissement total, ou encore que le défaussement de l’apprentissage des adultes sur les enfants. Autant d’attitudes que combattent les expériences décrites dans ce numéro.

Paru dans Avis à la population "L'art dans son berceau", publication semestrielle du Centre régional de Namur Théâtre de Namur N°2 Décembre 2011.

Autres articles parus dans "Avis à la population" :

(n°3) Il faut que les Jules II d'aujourd'hui soient toujours obligés de se dépêcher à s'asseoir

(n°1) Impasses et lignes de fuite

Partager