header_carnet_intervention_educative_saie

Que signifie travailler dans le milieu familial?

1. Les modalités de l'intervention d'un SAIE

Les modalités de l'intervention d'un SAIE

P. D'hulster
«Les missions du SAIE, c'est de faire de l'accompagnement éducatif en famille ou de la mise en autonomie pour les jeunes qui ont seize ans, donc pas du thérapeutique.»

N. De Moor
«Une famille ne peut pas venir ici toquer à la porte, en disant ça ne va pas, j'ai besoin d'aide. Ça non, nous on ne fonctionne pas comme ça. C'est toujours le SAJ ou le SPJ qui nous contactent.»

T. De Zolt
«En général en fait quand on démarre, on place le cadre Donc on explique le nombre de visites qu'on fait, qu'on doit faire des rapports réguliers au mandant, les objectifs de travail...»

2. Comment éviter l'intrusion dans la vie privée des familles?

video_2Comment éviter l'intrusion dans la vie privée des familles?

A. Fontaine
«C'est vrai qu'on touche à la vie privée des personnes. Comment se montrer suffisamment respectueux de cette vie privée tout en satisfaisant un mandat qui est là?»

T. De Zolt
«On ne signe pas un chèque en blanc quand on a des personnes qui arrivent comme ça chez vous. C'est quand même parce qu'il y a une difficulté que finalement des personnes viennent chez vous.»

N. De Moor
«On est attentif à ne pas devenir trop intrusif, à se limiter à ce qu'on nous a demandé. On essaye de respecter les rythmes de la famille et leurs limites.»

J. Lahaye
«On leur dit qu'on n'a pas le choix. On leur explique qu'on est comme eux. On a un mandat nous aussi. Donc on va dans la même direction, on a finalement le même objectif.»

3. Comment créer une relation de confiance?

Comment créer une relation de confiance?

T. De Zolt
«Quand on gère une situation on ne gère pas un dossier, on gère des personnes. Et donc je pense que les personnes se sentent reconnues. »

P. D'hulster
«Nous ce qu'on dit à la famille c'est qu'on est dans le même bateau et que nous aussi on a un mandat à suivre tout comme eux, et qu'on est là pour travailler ensemble.»

N. De Moor - Li Mohon
«On doit essayer de créer ce qu'on appelle l' affiliation, le sentiment de confiance, c'est très respectueux de leurs difficultés. »

P. D'hulster
«On essaye au maximum de ne pas être dans le contrôle. Il y a un respect par rapport à leurs valeurs, par rapport à leurs conditions de vie. On ne veut pas être jugeant. »

M. Burnotte
«Dans la mesure où l'on fait les choses dans l'intérêt des enfants, je pense que cela rassemble.»

4. Qu'est-ce qui se passe après l'intervention?

Qu'est-ce qui se passe après l'intervention?

N. De Moor
«C'est toujours un moment important. Généralement on a passé au moins 6 mois ensemble, donc ça se prépare.»

T. De Zolt
«C'est clair qu'à partir du moment où vous allez toutes les semaines dans une famille, ils pourraient avoir tendance à compter sur vous pour tout. Donc il faut préparer l'après.»

P. D'hulster
«Dans une intervention si on parvient à mettre des relais en place et que les relais fonctionnent, ça c'est une réussite.»

Les intervenants:

  • SAIE La Charnière (Yvoir)
    Tiziana De Zolt - Assistante sociale
  • SAIE Li Mohon (Marche)
    Alain Fontaine - Intervenant social
    Nicole De Moor - Intervenante sociale
    Marinette Burnotte - Intervenante sociale
  • SAIE du Clos du Chemin Vert (Chimay)
    Pascale D'hulster - coordinatrice
    Josette Lahaye - éducatrice