header_dossier_linhart

daniele_linhartDanièle Linhart est l'auteure, entre autres, de « Perte d'emploi, perte de soi » (Toulouse, Erès, 2009) et de « Travailler sans les autres ? »  (Paris, Gallimard, 2009). Nous vous en proposons ici un entretien filmé, qui peut être une introduction ou un complément à la lecture de ces deux ouvrages importants.

Le sujet central traité dans les deux ouvrages est celui de l'emploi et du travail. Emploi et travail qui restent un réalité centrale et ambigüe (au sens étymologique : « qui pousse de deux côtés ») dans nos sociétés : « Le travail, devenu un bien rare, est recherché par tous, car tous en ressentent le même besoin, le même désir, qui ne se résume pas seulement à l'accès à un revenu, mais à une activité sociale fondatrice et socialisatrice » (Travailler sans les autres ?, p. 15). Dans le premier cas, on part d'une enquête approfondie auprès des travailleurs licenciés d'une importante entreprise (les usines Chausson à Creil, en France), visés par un plan social présenté comme exemplaire par ses pères fondateurs , dans le deuxième, on survole plusieurs enquêtes réalisées au sein d'entreprises privées (comme des abattoirs) et services publics (comme La Poste).

linhart_livresL'apport de Danièle Linhart à l'analyse de l'actualité socio-économique (notamment belge, avec par exemple la fermeture d'Opel-Anvers et la restructuration de Carrefour) est indéniable. Derrière le cas particulier d'une fermeture d'entreprise, ce sont des logiques sociétales qui sont dévoilées. La première consiste à ne considérer les travailleurs que comme une ressource productive parmi d'autres (avant, pendant et après leur engagement sous contrat de travail). « Perte d'emploi, perte de soi » met évidement l'accent sur les modalités de fin de ce contrat, démontrant que même un bon plan social, un plan financièrement favorable aux salariés, peut dans le même temps « laisser le social en plan ». « Travailler sans les autres ? » insiste quant à lui sur le cœur de la relation de travail, affecté par les effets du néo-management. Ce néo-management qui s'étend tant aux entreprises qu'aux services publics est à l'origine d'un étonnant chassé-croisé entre eux. N'est-il pas surprenant, se demande D. Linhart, de « voir le secteur public importer en son sein des pratiques individualisantes, des pratiques de mise en concurrence, et éroder ainsi une motivation au travail bien réelle chez ses agents, alors que les entreprises privées se lancent au même moment à la conquête de postures au travail et de motivations calquées sur ce que semble brader le secteur public » ? (Travailler sans les autres ?, p. 127).

Au final, Danièle Linhart voit dans la modernisation à l'œuvre, dans les entreprises privées comme dans les services publics, la remise en cause de la dimension altruiste du travail, de sa contribution altruiste à la société. La conclusion est nette : « Le travail devient un lieu d'affrontement de tous contre tous, d'affirmation de soi aux dépens des autres, de réalisation de désirs égocentrés, à distance de l'expérience de contraintes partagées, nécessaire à l'existence d'une société. » (Travailler sans les autres ?, p. 211). Ainsi le suicide  au travail devient tragiquement, pour certains travailleurs, la seule manière de résoudre ces contradictions qui apparaissent dans un contexte d'où les collectifs ont disparu et qui repose sur et contribue à une individualisation croissante.

Entretien filmé

linhart_video_banner

Mobilisés par la lecture de ses derniers ouvrages, nous avons demandé à Danièle Linhart de pouvoir réaliser une interview vidéo, ce qu’elle a aimablement accepté. Nous l’avons rencontrée chez elle, à Paris, le 6 avril 2010. Lors de cet entretien, nous avons évoqué successivement deux de ses récents ouvrages : « Perte d’emploi, perte de soi », d’une part; « Travailler sans les autres ? » d’autre part. Les deux parties sont réunies dans le cadre du montage vidéo visible ci-dessous et divisé en huit chapitres transversaux.

Accéder à l'entretien filmé

Deux livres, deux entretiens

Outre la vidéo de l'entretien, la transcription écrite des deux parties de l'interview est disponible ci-dessous :

 

Rétroactes

Plusieurs analyses ont déjà été publiées sur des sujets proches de ceux abordés par D. Linhart, par exemple:

Deux dossiers antérieurs avaient été publiés autour des travaux de Jean-Pierre Le Goff. Ils complètent utilement ce dossier, notamment à propos du néo-management et de l'acteur associatif :

Prolongements

En ce qui nous concerne, nous mobiliserons les analyses de Danièle Linhart dans le cadre d'une recherche menée sur l'emploi des personnes peu qualifiées. Nous analysons en effet pour le moment les pratiques internes d'une association socio-culturelle (l'association « Le Miroir Vagabond ») qui est parvenue à agencer des formes particulièrement intéressantes de participation et de mobilisation,  dans le cadre de la relation de travail, de personnes dont on pourrait dire qu'elles sont en voie de désaffiliation.

Bien que la recherche ne soit pas encore finalisée, nous pourrions proposer de la titrer, par référence au livre de Danièle Linhart qui analyse le devenir tourmenté du travail dans nos sociétés, « Travailler avec les autres ! ». Et cela, en ce que les pratiques de cette association augurent la fin, dans le cadre des relations de travail, de la lutte de tous contre tous et le début d'une nouvelle alliance entre travail et vie, entre association et territoire, entre luttes culturelles et luttes sociales, entre travail et non-travail.

La publication des résultats de cette recherche fera l'objet d'un dossier sur ce site, qui sera publié fin 2010-début 2011. A suivre donc.

Partager