Cette analyse propose une réflexion sur les « retournements » qui menacent les thèmes de la transversalité et des partenariats. Détournement des missions (avec la transversalité négative dénoncée déjà par René Lourau dans les années 60), désarmement de la critique du capitalisme par retournement, contre elle-même, de ses propres arguments au profit dudit capitalisme, retournement des agents qui peuvent promouvoir, sans le vouloir, des orientations et des intérêts inverses de ceux qu'ils poursuivent, autant de menaces que l'évidence imposée de la nécessité du travail en réseau fait peser. Comment dès lors fournir des manières de penser, de dire et de faire qui seraient irréductibles à la « grammaire générale du projet et de l'activité » ? Jean Blairon en propose une version.

Parue dans L'antre'Toise, n°110 oct-nov-déc 2013, intitulé « Partenariats et transversalité : la panacée ou ingrédients à bien doser ? » pp. 22-25 (les numéros de la revue sont mis à disposition pour lecture sur Calaméo, pour le n°110 : fr.calameo.com/read/0015457115da4d18b0d06).

Partager