header_champ_socio_economique

Le Forem vient d'avoir recours, pour la gestion de son helpdesk, à une sous-traitance en partie délocalisée au Maroc. Les réactions fusent, pointant un paradoxe : un service public dédié à combattre le chômage peut-il contribuer ainsi à la délocalisation d'emplois, fussent-ils très peu nombreux ? Pour Jean Blairon et Emile Servais, la question n'est pas de savoir si le service public a fauté ou non, mais de se demander comment on en est arrivé là.

Qu'est-ce qui, dans les choix qui ont été posés en amont par rapport à la "modernisation" des services publics, a rendu possible ce qui arrive aujourd'hui ?

Partager