header_champ_socio_economique

Au départ d'entretiens avec deux travailleurs de la grande distribution, cette analyse illustre, par le point de vue des acteurs de terrain, deux manière de vivre la politique des grandes chaînes de distribution (anonymisées), qu'il convient de ne pas mettre hâtivement dans le même schéma de fonctionnement. Quatre analyseurs ont été utilisés :

  • le sens et la valeur donnés collectivement au travail par l'entremise de l'entreprise ;
  • les formes d'investissement dans le capital culturel des travailleurs ;
  • la forme que prennent les collectifs de travail au sein de l'entreprise ;
  • et enfin, l'efficacité des entreprises telle qu'elle est vue par leurs employés.

Le résultat, très contrasté, illustre bien la question de l'identification de l'adversaire telle qu'elle est décrite dans l'analyse de Jean Blairon: "L'adversaire, après la crise ?", en mettant en lumière une polarisation entre d'une part la prise en compte de l'apport du collectif des travailleurs et d'autre part l'individualisation des relations de travail.

 

Cette analyse fait partie d'une série consacrée au thème de l'adversaire que les mouvements sociaux, anciens ou nouveaux, doivent identifier pour organiser la lutte. Cette identification est de plus en plus complexe, car de multiples chevaux de Troie s'introduisent dans les diverses sphères de la société pour imposer insidieusement une logique dominante sous des apparences séduisantes.

Pour une compréhension globale du thème de l'adversaire, lire: L'adversaire, après la crise? Par Jean Blairon

Pour une illustration de la dualisation du thème de l'adversaire dans les entreprises, lire: Diversité du monde marchand : le cas de deux entreprises de la grande distribution. Par Quentin Mortier

Pour une illustration d'un « cheval de Troie » qui s'infiltre au niveau international par un projet de création de marché transatlantique et des résistances qu'il suscite via une pate-forme associative, lire: Dites-moi, l'adversaire, c'est toujours bien le capitalisme? Par Jean Blairon

Pour un illustration d'un « cheval de Troie » qui s'introduit dans les services publics avec des principes néo-managériaux, lire: La logique « client » dans les services publics : une trahison, à côté de plusieurs autres? Par Jean Blairon

Partager