header_champ_politique

L'analyse institutionnelle a mis en lumière le fonctionnement de la transversalité négative, soit de la tendance des institutions à remplir des missions officieuses au-delà de leurs missions officielles. Cette transversalité est négative dans la mesure où elle contribue à produire, sans l'avouer ni se l'avouer, des attitudes de soumission à la domination (ainsi, l'école d'autrefois préparait à la logique des casernes par son apprentissage de la discipline). Nous constatons aujourd'hui qu'une nouvelle transversalité négative a remplacé la première, produisant quant à elle la soumission au mouvement ; nous y avons consacré plusieurs analyses.

Nous voudrions investiguer ici une autre forme de transversalité négative, plus processuelle, où un assujettissement peut se connecter à un autre pour le féconder, l'amplifier et/ou le justifier. Une transversalité négativiste qui se propage de manière rhizomatique.

Partager