header_champ_culturel


L'Institut Cardijn, pour fêter ses 90 ans d'existence, a organisé les 28, 29 et 30 mars 2012 un festival-colloque intitulé Festif'art, Culture et travail social, réenchanter le social.

L'argumentaire du colloque s'appuie sur la description que donne Max Weber du monde moderne : le triomphe d'une rationalité instrumentale y produit un désenchantement généralisé. Les organisateurs disent constater par ailleurs l'émergence d'une « enivrance » du monde : culte de la performance, tourbillon de l'affairisme, règne de l'éphémère. Ils en appellent par conséquent à un « réenchantement du monde »  et du social, qu'on pourrait attendre, selon eux, des pratiques artistiques.

Se situant dans la lignée du courant institutionnaliste, Jean Blairon développe dans cette analyse cinq propositions pour contextualiser cet appel à l'artistique dans le champ social.

  • Le travail social dépend d'une créativité institutionnelle, il est le résultat d'une micro-politique du désir.
  • Le travail social constitue « intrinsèquement » une création culturelle à part entière.
  • Le « capital culturel » est à la fois la condition formelle et l'objet central du travail social.
  • Deux questions stratégiques sous-estimées traversent en conséquence le travail social aujourd'hui.
  • Le thème de l'acteur, si présent aujourd'hui dans le champ social, est le théâtre d'un enjeu culturel majeur.
L'analyse est également parue dans les actes du colloque, Travailler le social #45-46 - Festif'Art Culture et Travail social, pp. 52-60 - http://www.cultureetdemocratie.be/productions/view/travailler-le-social-45-46-festif-art-culture-et-travail-social.

Partager