header_champ_associatif

Le 1er octobre 2011, le CIEP/ISCO organisait à Louvain-la-Neuve une journée d'étude intitulée « La formation d'adultes : un laboratoire pour l'action collective ? ». Jean Blairon y abordait la question de l'opportunité d'une certification des formations en éducation permanente, opportunité partiellement contrainte (« il faut bien s'adapter aux exigences du Décret de Bologne ») et incertaine (elle peut provoquer des conflits de légitimité, notamment). Il a choisi d'aborder la question en termes de politique de formation, postulant que toute politique de formation (orientation, choix incarné dans un dispositif) est aussi une formation de politique.
Par une mise en perspective historique et comparative, il emprunte aux Chicanos et à Amilcar Cabral des points de repères en matière de production de savoir dans un mouvement social. Il les oppose ensuite à l'obscénité (au sens marcusien du terme, qui désigne l'impudence plus que l'impudeur) à laquelle on peut être confronté à la lecture d'une UF (unité de formation) en promotion sociale. On y constate en effet un choc entre une logique managériale psycho-pédagogique et une logique critique. Il aborde enfin le rôle de la critique dans l'élaboration d'épreuves pertinentes et équitables.

Paru dans

Partager