header_champ_associatif

Depuis quelques années, on constate une transformation de la vision de la personne aidée, notamment à travers l'émergence de la figure de l'usager-client. Cette transformation ne se limite pas à un changement de terminologie. Elle contribue à redéfinir le statut de la personne mais également la nature de la relation d'aide. Cette vision de la personne aidée comme usager-client nous apparaît contestable parce qu'elle porte en elle une remise en cause du travail social, l'abandon de toute ambition pédagogique, la marchandisation des interventions sociales, la solvabilité des personnes, etc.

Cette révolution culturelle se retrouve également dans le secteur non-marchand à travers une modernisation des institutions publiques centrée sur l’usager mais aussi dans le secteur de l’action sociale. Les bénéficiaires des services d’action sociale sont de plus en plus souvent définis comme des citoyens, des usagers mais aussi comme des clients et des consommateurs. Il est intéressant de constater que cette transformation de la vision de la personne aidée est souvent portée ou soutenue par des professionnels du social. Cette transformation n’est pas nécessairement provoquée par une mise sous tutelle extérieure au secteur de l’action sociale. Bien souvent, les professionnels du secteur de l’action sociale y sont favorables.

Partager